Une aide de 20, 4 millions de dollar pour la réhabilitation du réseau routier à Ngazidja et Ndzouani. 

La Banque africaine de développement (Bad) a annoncé ce jeudi 26 janvier qu’elle va « appuyer le gouvernement de l’Union des Comores dans ses objectifs de diversification de l’économie, en finançant un projet de réhabilitation du réseau routier sur les iles de la Grande Comores et d’Anjouan, qui regroupent plus de 94% de la population du pays ». Cette subvention d’un montant de 20, 4 millions de dollar devrait aider à « améliorer les conditions de circulation sur deux importants axes routiers, la route national – 2 (RN2) et la route nationale – 23 (RN23), contribuant ainsi à l’accélération des échanges commerciaux et à la croissance dans les zones traversées, tout en facilitant l’accès aux services de bases pour les populations riveraines », explique le communiqué de  cette institution financière continentale.

La RN2 est une route côtière reliant Moroni à Foumbouni et parcourant plusieurs agglomérations importantes, notamment : Ikoni, Vouvouni, Mitsoudjé, Singani, Dzahadjou, Ifoundihé , Itsoundzou, Chindini , Ourovéni , Malé, Foumbouni.  La RN23, sur Ndzouani, relie Sima à Moya. Elle traverse les villes de Sima (capitale régionale de l’ouest d’Anjouan), Maraharé, Vassi, Vouani, Dar Salam Pomoni et Moya. Elle est l’unique voie d’accès aux agglomérations de Dzindri et Lingoni.

En tout, le projet concerne la réhabilitation de 47 km de route (20,5 km sur la RN2 et 26,5 Km sur la RN23). Il prévoit également « des mesures de lutte contre l’érosion côtière et un programme de renforcement des capacités institutionnelles de l’administration comorienne, en particulier par la mise à disposition de spécialistes en réformes institutionnelles et en passation de marché ». Selon la Bad, « La réhabilitation de la RN2 et de la RN23 contribuera en particulier à développer les activités touristiques, ainsi que la commercialisation des produits de la pêche ».

Ce projet, qui devrait s’achever en 2020, est en ligne avec la Stratégie de développement des Comores, en particulier la Stratégie nationale de développement des transports à l’horizon 2030, et la Stratégie d’intervention de Banque aux Comores pour la période 2016-2020. Le coût total de cet ambitieux projet est estimé à 36,5 millions de dollar EU. Il sera cofinancé par la BAD et l’Union Européenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *