Soprano ou Said M’roumbaba et sa douleur cachée

Soprano, 35 ans, de son vrai nom Saïd M’Roumbaba. Je suis comorien d’origine, né en France, musulman, marié à une femme italienne et espagnole.
Il a toujours eu une douleur arrivé dans son jeune âge, à la vingtaine, un enfant perdu de vue. Son fils Kamil, était resté sans nouvelles ainsi que la maman.

C’est dans son titre PARLE MOI qu’il su dévoiler ce lourd secret.
Les paroles parlent sont touchantes et expriment cette grande douleur.




PARLE MOI

Quelques minutes avant de monter sur scène, une mère tapa à la porte de ma loge, les larmes plein les yeux, elle me dit

Ce soir j’ai besoin de t’entendre chanter
L’histoire de tes victoires inespérées
Dehors, le froid ne fait que s’installer
Donc donne moi un peu de ton été
Ces moments de douceur et de beauté
Ces perles de vie qu’on n’fait plus briller
Raconte moi c’qui t’fais rêver
Car de mon côté, le vase va déborder

Parle-moi, parle-moi, parle-moi
Que de tes moments de joie
Parle moi de tes douleurs plus tard
Ce soir je vis dans le noir
Lalalala, lalalala
La j’ai besoin d’oublier
Lalalala, lalalala
Au moins une soirée

Trop de mauvaises nouvelles tapent à nos portes
Ces horreurs que les infos nous apportent
La pression du quotidien est trop forte
Et la consommation agresse nos poches
Ces relations humaines si compliquées
Je t’aime ce soir, je te hais demain
Tes chansons me font avancer
Fais moi rêver le vase va déborder.
Parle-moi, parle-moi, parle-moi
Que de tes moments de joie
Parle moi de tes douleurs plus tard
Ce soir je vis dans le noir
Lalalala, lalalala
La j’ai besoin d’oublier
Lalalala, lalalala
Au moins une soirée
Ikki
Le phœnix ne meurt jamais
J’suis à la mode depuis les bananes Lacostes
Ma carrière est en classe affaire la tienne vole en low cost
Ton père m’écoute depuis gosse
J’suis toujours fidèle au poste
Dans l’game on peux voir comme la femme de Patrick Swayze dans Ghost
J’suis ton motherfucking boss
J’t’invite à prendre ta dose
Tu sniff ma prose comme si c’était le string d’Amber Rose
Petit pervers, petit tox
Tu voulais qu’j’tacle à la gorge
Donc voila j’rappe comme Mike Tyson à ses débuts dans la boxe
J’suis dans l’futur comme J. Fox
Michael Jackson dans le poste
David Banner devient tout vert si tu touche l’assiette de mes gosses
Y a que des bastos low cost
Autour de moi que des costauds
Que ta femme trouve beau gosse
Que ta haine veut à l’hosto
Mais pourquoi tu m’accoste
Tu vois pas que tu cause trop
Tu vas finir dans mon coffre désolé si t’es claustro
J’fais mon beurre pour mes tos
Te stop le rap t’es atroce, amigos
T’es mauvais comme la fin de la série Lost
Mais qui t’as dis qu’on était finit, finit
Dis moi comment tu es Ikki, Ikki
Un phœnix ne meurt jamais
Un phœnix ne meurt jamais
J’suis différend depuis l’époque cassettes
Rappeur, chanteur depuis mes premières baskets
Un phœnix ne meurt jamais
Un phœnix ne meurt jamais

En ce moment j’ai l’impression qu’le monde tourne à l’envers
Je t’en supplie chante moi que demain sera mieux qu’hier
Qu’un jour viendra ou nos cœurs ne serons plus adversaires
Même si c’est faux, juste une soirée
Je t’en supplie, chante moi qu’un sourire peut tout changer
Que nos enfants peuvent grandir dans la paix
Que nos différences peuvent se mélanger
Que l’avenir n’est pas complètement gâché
Je sais bien qu’l’utopie fait pas manger
Mais ce soir je n’ai que ça pour avancer
Fais moi, fais moi rêver Sopra
Fais moi, fais moi rêver

Parle-moi, parle-moi, parle-moi
Que de tes moments de joie
Parle moi de tes douleurs plus tard
Ce soir je vis dans le noir
Lalalala, lalalala
La j’ai besoin d’oublier
Lalalala, lalalala
Au moins une soirée
Lalalala, lalalala
Au moins une soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *