Condamné à mort cet homme demande une feuille et un stylo, voici ce qu’il a écrit. (Religion)

Cette histoire se passe aux Etats-Unis et relate les derniers vœux d’un condamné à mort dans l’attente de son exécution.
Nous pourrions logiquement imaginer, comme on l’a vu tant de fois dans des films que ses derniers souhaits seraient de voir ses proches, de donner quelques instructions concernant ses funérailles ou encore de commander un repas exceptionnel avant d’accomplir le grand voyage.




Cependant notre détenu n’agit pas comme on s’y attend, son dernier désir dans ce bas monde, un crayon et du papier….

« Un détenu condamné à mort en attente d’exécution, a demandé comme un dernier souhait un crayon et du papier. Après avoir écrit pendant plusieurs minutes, le forçat appelle le gardien de prison et demande que cette lettre soit remise à sa mère biologique.
La lettre disait…
Mère, s’il y avait plus de justice dans ce monde, nous serions deux à être exécutés et pas seulement moi. Tu es aussi coupable que je le suis pour la vie que j’ai menée.
Rappelle-toi quand j’ai volé et ramené à la maison la bicyclette d’un garçon comme moi ?
Tu m’as aidé à la cacher pour que mon père ne puisse pas la voir.
Te rappelles-tu la fois où j’ai volé de l’argent dans le portefeuille du voisin ?
Tu es allée avec moi au centre commercial le dépenser.
Te rappelles-tu quand je me suis disputé avec mon père et qu’il est parti ?
Il voulait juste me corriger parce que j’avais volé le résultat final du concours et que j’avais été expulsé.
Maman, j’étais juste un enfant, peu de temps après je suis devenu un adolescent troublé et maintenant je suis un homme assez mal formé.
Maman, j’étais juste un enfant ayant besoin de correction et non d’approbation. Mais, je te pardonne !
Je veux seulement que cette lettre atteigne le plus grand nombre de parents dans le monde, pour qu’ils sachent que ce qui rend toutes les personnes, bonnes ou mauvaises… c’est l’éducation.
Merci mère de m’avoir donné la vie et pour aussi m’avoir aidé à la perdre.
Ass
Ton enfant délinquant. »

«  Qui refuse de châtier son fils ne l’aime pas ;
celui qui l’aime le corrigera de bonne heure.  » (Proverbes 13 : 24).
«  L’éducation est l’arme la plus puissante que vous pouvez utiliser pour changer le monde.  » (Nelson Mandela).

La morale de cette histoire, vraie ou fausse, n’en reste pas moins puissante par le message qu’elle transmet, nous devons reconnaître les obstacles qui nous séparent des chances qui s’offrent à nous chaque jour.
Allah a prescrit aux parents l’obligation de s’acquitter de l’éducation de leurs enfants en les élevant dans la foi et la persévérance. Plus tôt ils seront confrontés au bien, plus vite ils pourront s’imprégner des valeurs essentielles qui les guideront pour devenir de bons musulmans.

L’Imam Ibn Al-Qayyim a dit à propos des enfants : «  Les parents doivent les tenir éloignés de la paresse, de l’excès de confort et de l’envie, ils se doivent de leur inculquer des valeurs opposées à ceci. Ils doivent les habituer à l’effort car la paresse a de mauvaises conséquences ; d’autre part, la persévérance dans l’effort et l’habitude à se battre dans la vie sont des comportements dignes d’éloges et ont des conséquences positives que ce soit dans cette vie ou dans l’au-delà. L’obtention d’un rang élevé dans cette vie et du bonheur dans l’au-delà ne sont atteints que grâce à la persévérance et aux durs efforts.  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *